Entreprise

Covid-19 : quel impact sur les sociétés du CAC 40 ?

covid societes cac40

Selon l’Insee, l’activité économique et les dépenses des ménages français se situent à environ 65 % de leur niveau normal en raison de l’épidémie de coronavirus. La pandémie a aussi fait perdre des millions d’euros à de nombreuses entreprises françaises et a provoqué une paralysie de l’économie mondiale. Mais pour certaines, le Covid-19 a entraîné un véritable boom économique.

Une crise sans précédent

Il aura fallu 12 mois aux 40 plus grosses sociétés françaises cotées en bourse pour générer un total de 82 milliards d’euros de bénéfices nets en 2019. En six mois seulement, ces bénéfices se sont évaporés sous l’effet de la pandémie. Du secteur technologique à celui du voyage, de nombreuses entreprises du CAC 40 subissent déjà les conséquences économiques de cette crise dont l’influence a provoqué une baisse annuelle de 8,42% en 2020.

Le Covid-19 a eu par exemple un impact considérable sur les sous-secteurs du marché de l’assurance pour des groupes comme AXA : les assurances vie et santé ont connu une hausse des demandes d’indemnisation, tandis que les assurances voyage et automobile ont connu une forte baisse. L’un des secteurs les plus touchés demeure celui du gaz et du pétrole : la forte baisse des prix a influencé de manière extrêmement négative Total, le géant français du pétrole.

Les gagnants apparaissent à première vue évidents. Il s’agit des entreprises technologiques qui ont permis à de nombreuses personnes de rester connectées, de faire des achats et de travailler malgré le confinement. L’importante présence en ligne de Carrefour dans les pays où le groupe opère s’est avérée essentielle pendant la crise. Le groupe a enregistré une croissance significative du nombre de commandes quotidiennes et de nouveaux abonnés à ses plateformes en ligne sur plusieurs marchés.

Il en est de même pour les entreprises pharmaceutiques qui se lancent dans la course au développement de vaccins ou de traitements, et pour certains grands groupes du secteur bancaire. Le groupe français BNP Paribas a d’ailleurs profité des restructurations internes de ses rivaux européens et américains et a augmenté son bilan de 23 % pour atteindre 2 700 milliards d’euros au premier trimestre, en accordant des prêts de plusieurs milliards d’euros à des entreprises comme le géant de l’énergie BP et le constructeur automobile Daimler.

Dividendes des actions du CAC 40

covid societes cac40

Source : Pexels

Les entreprises du CAC 40 ont dû réfléchir deux fois avant de verser les dividendes dans le contexte de crise que traverse le monde. En effet, que ce soit parce que leur activité a souffert pendant le blocage ou parce qu’elles ont eu recours à l’argent de l’État, un grand nombre de comités de direction du CAC 40 ont changé d’avis entre mars et mai 2020, et ont revu l’annonce faite plus tôt dans l’année concernant le versement des dividendes.

La majorité de ces conseils (40%) ont décidé de réduire le paiement des dividendes, avec une réduction relative comprise entre 5% et 75% du montant. C’est le cas de L’Oréal, LVMH et Kering. Dans 40% des autres cas, les comités ont décidé d’annuler totalement le versement des dividendes pour 2020 au vu des performances peu encourageantes (Airbus, Atos, Safran, etc.).

Au total, ce sont environ 30 milliards d’euros que les actionnaires du CAC 40 ne toucheront pas, ce qui représente à peu près la moitié du montant total des dividendes versés en 2019.

La pandémie de Covid-19 a considérablement influencé les résultats et les performances des sociétés françaises. Cette situation a été pour la plupart d’entre elles désastreuse et le chemin sera long avant une future hausse des actions des sociétés du CAC 40. En dépit de cela, on dénombre plusieurs sociétés qui ont réussi quant à elles à s’en sortir sans trop de mal, principalement en raison d’un boom économique dans leurs secteurs.

Leave a Comment